la nuit tous les grillages sont éclairés

On a soif, on aimerait bien parler mais comme il n’y a personne et que personne ne répond, autour (la guérite est au coin, le couloir éclairé au néon tout au long de la nuit, les appliques de lumière blanche bourdonnent et effacent les heures) on chante.

On est trop démuni de tout, là, de papier, de stylo, de montre, de téléphone, pour faire autre chose que chanter.

On est transféré au matin.

On boit un peu, sur le seuil de la garde à vue, debout, on nous fait passer une bouteille, on ne sait pas vraiment si on a réussi à dormir, juste que l’on s’est couché en travers, sur le banc étroit, trop mince pour retenir un corps, en équilibre, puis à même le sol.

On demande si on passera la nuit là au dépôt, on regarde la ville mais le grillage est trop fin pour espérer reconnaître des rues, on essaye de discerner le visage de l’homme dans la cage en face lui aussi derrière un grillage, couloir étroit, sol plastique couleur de goudron comme les revêtements pour la douche, au milieu, on ne doit pas être à plus d’un mètre l’un de l’autre, on se tient debout les vêtements en boule dans les mains, on regarde ses poignets, c’est la première fois qu’on marche avec des chaussures sans lacets, on a gardé une cigarette glissée dans la poche gauche de sa chemise, on lève les yeux vers la fenêtre la lumière en appui, on redescend au sous-sol du palais par le même escalier en colimaçons, on fume la cigarette tourné en boule contre le mur, on chante, à un moment on ne sait plus quel moment de la journée c’est, on est surpris d’entendre sa langue on se lève on dit en réalité je voudrais rester un peu, et retourner seul, on attend une question qui ne vient pas et on reste debout, les mains sur les poignets comme si par fatigue on avait oublié, on dit mais tout ça c’est des conneries, tout ça c’est des conneries c’est pas moi, d’autres noms, un autre lieu et un autre jour de naissance que le sien, au retour on ne reconnaît pas les couloirs, la cellule, la nuit revient et se ferme pour la première fois, on prend soudain conscience des murs, on prévient qu’on prend des médicaments pour le cœur, on regarde ses empreintes sur la feuille, on enlève sa bague, son collier, ce n’est pas la prison, personne ne demande pourquoi, tout le monde a la même peine, le retour dans l’ombre d’Air France, Brussels Airlines, Sabena, il y a de la pelouse dehors, verte et brillante, les arbres sont de l’autre côté du grillage on n’est plus en cellules on circule, parfois presque comme si on pouvait en sortir, il y a le vol pour Casablanca à 8 heures et le vol de nuit, l’avion de 12 heures 15 à destination de Bruxelles, le vol du matin pour Alger, le vol de Bamako de 11h, on parle au téléphone, on donne des nouvelles comme on ferait passer des messages

dimanche 3: aucun départ du Mesnil-Amelot

lundi 4 :
Mayingui …, zaïrois
avion de 12 h. 15 à destination de Bruxelles
Bruxelles-Kinshasa: départ à 14 h. 50
a quitté le centre du Mesnil-Amelot à 9 h. 30

2 reconduits à la frontière, Bamako, vol de 11 h.

Bathily Demba s’est coupé les veines le 4 vers 8 h. 30
a pris l’ambulance
quel hôpital?
il avait avalé des lames de rasoir

14 h.: fin de la rétention de 7 jours de … Ziki.

Bendjellali Farid, vol pour Alger de 16 h. 35,
en France depuis 1990.

Mardi 5
Khaïr Ali (Alg.), père d’un enfant français (22 mois)
mère décédée en juillet 97
appel du 35bis (Cour d’appel de Paris)

Moussaoui Youcef sortirait du Mesnil-Amelot à 12 h

Diagana Adama (Gambie)
vol à destination de Banjul via Bruxelles (Sabena)
départ Paris à destination de Bruxelles: 9 h. 05
(Charles-de-Gaulles 2D)
Bruxelles-Banjul: 11 h. 50 (escale à Dakar)

Mercredi 6
Mazina Ndodi, zaïrois,
vol mercredi 23 h. 30 à destination de Kinshasa,
Roissy I, si laisser-passer

Amirouche …

Barengi Mansour
départ du train 14 h. 22 à destination de Marseille
en France depuis près de 10 ans
parti du Mesnil-Amelot vers 11 h
2e jour au Mesnil-Amelot
T.G.V.

Rachid Zoubir, Maroc, parti à 8 h. du Mesnil-Amelot
pour Casablanca (avion)

un expulsé marocain : 23 h. 30, Casablanca, Orly, pas de vols à cette heure

Diango Coulibaly, malien, devait embarquer sur le vol de Bamako, 11 h., Air France, le mardi 5,
le commandant a refusé de l’accepter à bord, «il ne prend pas d’expulsés dans l’avion»

Vendredi 8 : Natou Samassa, Bamako, 11 h.

Khaïr Ali (Alg.), né le 12 avril 65, vol pour Alger à 12 h. 15
départ par bateau (?) vers l’Algérie

Camara Karounga, 13 h., Roissy I, à destination de Dakar,
relâché jeudi 7 à l’appel

Mamadou N’Dour, 13 h., Dakar, Roissy I

Bachir Bellaoui, Algérien, départ du bateau le samedi 9 de Marseille

les mots tombent:

#Mesnil_Amelot #sans_papiers #collectif

#CDG #Palais_de_Justice_de_Paris

#lutte #expulsions #visages

ça ressemble un peu au foyer à cause de la lumière et de la peinture sur les murs comme un foyer fermé sans Montreuil et la ville autour — le ciel bleu et le panache blanc derrière les avions dans le ciel, l’aéroport n’est pas loin — la nuit tous les grillages sont éclairés

le jour rien — faire durer la douche, attendre le repas, attendre des bagages, des parents, même si beaucoup ne viennent pas, se laver les dents dans le couloir en faisant les cent pas, regarder dehors, apprendre encore à lire, se curer les ongles au soleil, acheter une carte puis attendre devant la cabine, écouter les conversations en arabe, sri lankais, wolof — ceux qui attendent autour de celui qui parle, leur regard, demander des médicaments pour la tension le diabète la diarrhée le cœur, se coucher, dormir dans le même survêtement que le jour, essayer de fermer les yeux, yeux ouverts même fermés, angoisse, petit caillot qui tourne dans tout le corps et finit par se loger à la naissance de la gorge, se bouffer les ongles, dernière nuit en Europe, matin : on aperçoit Bathily Demba monter dans l’ambulance, à l’aube / ce que ça fait, d’avaler des lames de rasoir ? / on voit la France au loin, Paris, on est au fond de l’appareil, on demande à ne pas être menotté.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s