souveraine dette

«Quatre mots, quatre mensonges» notait, à propos de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, le philosophe Cornélius Castoriadis, co-fondateur du groupe «Socialisme ou Barbarie», dans la ligne de la critique du stalinisme initiée par Boris Souvarine. On pourrait en dire autant des termes qui balisent la communication de crise des institutions européennes. Produits par les équipes de travail de l’Eurogroupe ou de la Commission, ces éléments de langage sont repris tels quels par les éditorialistes des plus grands médias français [1] et appuient une forme de propagande par le mot. La casse du droit du travail [2], les entraves à l’activité syndicale, la baisse drastique des salaires et retraites sont communément qualifiées de «réformes» («continuer à réformer», selon un article du «Monde» en date du 18 juin dernier, consisterait notamment à «réduire de nouveau les retraites d’environ 15%»). Les accords au terme desquels un pays perdu de dettes est contraint de s’endetter toujours davantage constituent des «plans de sauvetage» ou des «plans d’aide» — «plans d’aide» qui, conformément à leur nom, ne sont pas imposés mais «consentis» ou «accordés» et dont la Grèce «bénéficie depuis huit ans». On ne parle pas de fermetures d’hôpitaux, de suppressions de lits ou de services entiers mais «d’assainissement des finances publiques» et de «rationalisation des dépenses de santé». Les mesures les plus inégalitaires — hausse de la TVA sur les produits de première nécessité, baisse drastique des moyens alloués à la santé [3] et à l’éducation publiques — y sont qualifiées de «douloureuses» — comme si elles n’épargnaient pas les plus riches et comme si la «douleur» qu’elles entraînent constituait un témoignage supplémentaire, bien que regrettable, de leur nécessité et de leur efficacité. Tout élément concret est évacué. Dans cette rhétorique où chaque mot est une parade contre le réel et où l’analyse des causes est systématiquement évacuée, il est de bon ton de saluer à la fin de chaque étape les «efforts» consentis par «le peuple grec» — peuple qui, après avoir inconsidérément relevé la tête, semble s’être rendu aux arrêts de la Troïka comme on se rend à l’évidence. On se demande souvent qui parle et qui peut bien prêter foi à ces termes vides. Probablement pas, en tous cas, ceux qui en sont à l’origine ; le polémiste Karl Kraus évoquait en son temps ces dirigeants qui mentent aux journalistes puis croient (ou feignent de croire) ce que les journaux écrivent ; dans sa chronique récente des négociations de 2015 [4], Yanis Varoufakis a amplement documenté le fait que ni Christine Lagarde, ni même Wolfgang Schäuble ne pensaient sérieusement que les mesures imposées auraient un effet bénéfique sur l’économie grecque ; qu’ils se trouvaient eux aussi, à leur façon, piégés, contraints de persister dans l’erreur par crainte de tout perdre — à commencer par leur poste.

Il en va ainsi des éléments de langage qui accompagnent le dernier épisode du feuilleton grec, celui de la «sortie de crise» que serait censé marquer l’Eurogroupe du 21 juin [5]. «Le Monde» annonçait récemment à ses lecteurs que le pays «s’apprête à sortir des plans d’austérité». Le commissaire européen aux affaires économiques et financières, soudain lyrique, entreprend au lendemain de la signature de l’accord de réécrire l’Histoire dans l’espoir de faire oublier ses propres reniements («La crise grecque fut une odyssée dans l’inconnu, obligeant les Européens à s’entendre, à se serrer les coudes et à inventer des solutions inédites pour survivre.»)

«Victoire», «jour historique» : la «fin des mémorandums» annoncée par le communiqué du 22 juin et bruyamment célébrée par le gouvernement grec peut être lue à rebours comme l’entrée dans une phase d’austérité sans fin [6].

L’accord se fonde d’abord sur le fait que «le job a été fait» ; les mesures exigées du gouvernement Tsípras ont été soit appliquées soit, pour une partie d’entre elles, tout juste votées : le fait que cette séance suive de quelques jours le vote à l’Assemblée grecque d’un paquet de mesures austéritaires («le dernier», s’est réjoui le Premier ministre grec) n’est pas dû au hasard. Le chapitre des privatisations massives exigées par les créanciers est largement bouclé ; l’objectif (appropriation des actifs locaux par des consortiums aux intérêts allemands, français, etc.) a été atteint [7]. L’accord repose en outre sur l’engagement donné par le gouvernement de ne pas revenir sur les mesures adoptées au cours de ces huit dernières années (en particulier concernant les retraites, filet de sauvetage pour de nombreux foyers et de nombreux jeunes chômeurs ; cette question continuera de peser sur le gouvernement actuel comme une épée de Damoclès dès la fin des démonstrations d’autosatisfaction auxquelles il se livre aujourd’hui).

L’austérité n’a plus besoin d’être exigée puisqu’elle est désormais tout entière contenue et fixée dans les chiffres – ceux des objectifs d’excédents primaires (solde positif des finances publiques hors service de la dette) auxquels le gouvernement actuel s’est engagé pour une durée dépassant de beaucoup son mandat : sous le prétexte de maintenir sa dette à un niveau soutenable, la Grèce devra dégager un excédent correspondant à 3,5 % de son produit intérieur brut jusqu’en 2022, puis de 2,2 % en moyenne durant 37 années supplémentaires, et cette condition ne saurait être respectée qu’au prix d’une austérité prolongée. Sur la base de ces prévisions, un rapport récent de la Commission européenne estime que la dette publique grecque pourrait se monter à 188% du PIB en 2019, à 169,9% en 2020, à 136,6% en 2030, pour finalement revenir en 2060 au niveau qui était le sien avant la mise sous programme du pays (127% du PIB). Ces chiffres sont obtenus en suivant l’hypothèse la plus optimiste ; d’autres projections fondées sur un environnement économique moins favorable situent le montant de la dette souveraine grecque à 235% du PIB en 2060.

On ne sort pas de la logique des communiqués précédents (réunions de l’Eurogroupe de novembre 2012, février 2015…) qui liaient indissociablement viabilité de la dette et dégagement d’excédents intenables sans un resserrement à l’extrême des finances publiques, donc une austérité accrue. Le cercle vicieux initial est reconduit ; comme les saignées des médecins de Molière, le remède proposé ne cesse d’aggraver les causes.

Le refus réitéré des instances européennes de procéder à une restructuration de la dette grecque est mis à profit pour installer dans la durée un régime d’austérité, presque dans le sens où on parle de régime politique ; à cet égard, le communiqué introduit effectivement une nouveauté relative ; le pays sort pour partie et sous conditions du cycle court et toujours instable des négociations pour entrer dans une phase de conformité structurelle aux objectifs des plans d’austérité. En adoptant une solution prévoyant l’étalement des remboursements sur dix ans, les instances européennes visent moins un allégement qu’une consolidation de l’austérité. Courage, fuyons [8] : le problème que pose l’insolvabilité (avérée dès 2010) de l’État grec est moins réglé que suspendu, et laissé aux générations futures.

Dans une économie marquée par les écarts de plus en plus béants «entre le casino de la Bourse et l’économie réelle» (Michel Serres, Le Temps des crises), le politique devient ordonnateur d’illusions et créateur ou vecteur de croyance. Le communiqué du 22 juin doit de fait être lu comme une adresse aux marchés et a pour but premier de restaurer leur confiance, selon une logique tenant à la fois du pari et de la méthode Coué [9]. Dans le cas grec, et dans le contexte de la crise italienne, l’illusion ne fera sans doute effet que quelques jours. Face à un pays dont la dette se monte toujours à près de 180% du PIB, il est peu probable que les fonds d’investissement se rangent à l’optimisme [10] des dirigeants européens, que ni Christine Lagarde ni Mario Draghi ne semblent d’ailleurs partager. (La Cour européenne des comptes avait quant à elle, en novembre 2017, exprimé de très sérieuses réserves sur la capacité de la Grèce à se financer sur les marchés [11].)

Bénéficiaires à court terme, ces dirigeants peuvent désormais se tourner vers leurs électeurs respectifs pour leur annoncer que la Grèce se financera désormais sans eux. Ce dégagement sur le long terme est purement hypothétique (la crise pourrait réapparaître très vite) ; rien n’est dit en outre des taux d’intérêt auxquels le pays devra faire face pour continuer à s’endetter.

La réponse apportée est ainsi indicative de l’incapacité plus générale des dirigeants de l’Union à tirer les leçons de la crise de 2008. Comme le remarquait récemment Jézabel Couppey-Soubeyran [12], le risque d’une nouvelle crise financière ne peut être négligé : la réforme structurelle du secteur bancaire européen a été en grande part abandonnée ; les institutions n’envisagent plus de taxer les transactions financières à une échelle européenne ; plutôt que de se préoccuper du risque systémique que font peser les mastodontes bancaires européens, l’Union continue de les encourager. «La seule réforme qui se poursuive est finalement celle de l’union des marchés de capitaux», réforme «qui facilite l’accès à la dette des entreprises et entend relancer la titrisation» : ce sont justement là «les deux ingrédients majeurs de la précédente crise financière». L’accord du 21 juin, loin de ne concerner que la Grèce, met en lumière l’incapacité des élites au pouvoir à faire face à la crise systémique qui continue de guetter l’Europe: amnésie sélective, volonté de cacher sous le tapis les causes profondes de l’instabilité financière et de la dissolution politique de l’Union, réintroduction de mécanismes qui se trouvent au départ de la crise mais dont les responsables européens semblent croire qu’ils produiront cette fois, «comme par magie, d’autres effets».

 


[1] À propos du traitement de la crise grecque par les médias européens : La crise grecque : un scandale manqué, Jeremy Morales, Yves Gendron, Henri Guenin-Paracini (Archives Ouvertes).

[2] À propos de la situation actuelle du droit du travail en Grèce : La législation du travail grecque imposée par l’UE viole la Charte sociale européenne, Michel Miné (le Blog de Médiapart) et, pour une étude d’ensemble : Le droit du travail en Grèce à l’épreuve du droit international et européen (du même). Sur les conditions de vie et de travail: Living in Athens: 1:2 households cannot afford heating, 1:5 work for less than €500 (Keep Talking Greece).

[3] À propos des conséquences de l’austérité sur la santé : L’austérité au filtre des eaux usées, Mohamed Larbi Bouguerra (Le Monde Diplomatique) ; Le démantèlement méthodique et tragique des institutions grecques de santé publique, Noëlle Burgi (La Revue de l’IRES) ; « Patients who should live are dying »: Greece’s public health meltdown, Helena Smith (The Guardian).

[4] Conversations entre adultes, éd. Les Liens qui Libèrent.

[5] Lire : Déclaration de l’Eurogroupe sur la Grèce (22 juin 2018) ; ordre du jour de l’Eurogroupe du 21 juin et documents annexes ; dépêche Reuters sur les principaux points de l’accord ; déclarations de Pierre Moscovici lors de la conférence de presse de l’Eurogroupe du 22 juin et texte du même, publié sur son blog le même jour.

[6] Pour une analyse détaillée de l’accord de l’Eurogroupe sur la Grèce, lire : L’Europe propose à la Grèce un plan de sortie irréaliste, Martine Orange (Médiapart), Καθαρή αδιέξοδος, Θάνος Καμήλαλης (The Press Project), Why the debt deal with the EU is bad for Greece, Jerome Roos (Aljazeera), La Grèce est une victime expiatoire des politiques appliquées dans l’Union européenne, entretien avec Eric Toussaint et Rémi Bourgeot ; Un long calvaire s’annonce pour la Grèce, Michel Husson (Alternatives économiques).

[7] À propos des privatisations : Grande braderie en Grèce, Niels Kadritzke (Le Monde Diplomatique), Privatisations: une rente perpétuelle et sans risque pour le privé, Martine Orange (Médiapart), Aéroports grecs : cessions et grandes concessions, Fabien Perrier (Vues d’Europe).

[8] L’expression est tirée du film homonyme d’Yves Robert (1979).

[9] «Si, étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’amélioration qu’il est possible.» (Émile Coué, Suggestion générale).

[10] L’entretien accordé au quotidien «Süddeutsche Zeitung» trois jours après la signature de l’accord par Klaus Regling est à cet égard édifiant ; après avoir affirmé sa confiance dans la capacité de la Grèce à se financer sur les marchés, le directeur général du Mécanisme européen de stabilité y esquisse un parallèle trompeur entre la conférence de Londres de 1953 sur la dette de l’Allemagne et la réunion de l’Eurogroupe de juin 2018 : «L’économie grecque a été entièrement restructurée au cours des huit dernières années et à l’occasion des trois programmes d’ajustement. A partir de 2016, la Grèce a dégagé un petit excédent fiscal. Je ne doute pas que la Grèce sera capable de revenir sur les marchés. Et la Grèce remboursera nos prêts. Cela prendra du temps. Mais la dernière tranche de remboursement découlant de l’accord de Londres de 1953 sur la dette de l’Allemagne n’a été versée qu’en 2010. Personne ne l’a relevé à l’époque – c’est pourtant ainsi que j’imagine que les choses se passeront aussi avec la Grèce.»

[11] À propos du rapport sur la Grèce de la Cour des comptes européenne, lire : La Cour des comptes européenne accable la gestion de la crise grecque, Martine Orange (Médiapart) ; le rapport lui-même est disponible ici.

[12] Une crise bancaire est toujours possible, Jézabel Couppey-Soubeyran, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.