l’État grec doit honorer sa dette à l’égard de Nikos Romanos [trad.]

« Ce qui se noue autour du «nouveau terrorisme» et de la «Coalition des cellules du feu», tout ce jeu opaque et sordide auquel se prêtent le gouvernement, les services, la police et les juges dans le but de manipuler l’opinion publique et la justice, tout cela est une gifle pour la démocratie. Lois antidémocratiques, procès en convictions politiques, absence d’éléments à charge, empreintes digitales qui apparaissent au petit bonheur la chance, douteux «spécialistes de la lutte antiterroriste», actes de tortures, peines visant à annihiler les personnes, procédures perverties, parodies de procès… »