À la merci d’un courant violent : la Grèce après l’accord du 21 juin

De Berlin à Athènes, les propos tenus ces derniers jours par les dirigeants européens précisent la situation qui sera celle de la Grèce au sortir de l'été [1] et justifient une lecture de l’accord conclu ce 21 juin à rebours des déclarations célébrant «la fin de l’Odyssée» (Moscovici), la «renaissance» grecque («Le Point») ou la concorde…